ÉDITO

En plus de sa programmation quotidienne (toujours de grande qualité, bien sûr !), le Balzac vous propose régulièrement des rendez-vous exceptionnels, en matinée, en soirée, ou même la nuit. Vous trouverez ci-contre tous les détails des prochaines manifestations.
 

PROCHAINEMENT AU BALZAC

Estherka
le dimanche à 11h (à partir du 21 septembre)
>>> en savoir +


 
Estherka, un documentaire de David Quesemand.
Sur les pas d'Esther Gorintin, cette "jeune comédienne" qui débuta au cinéma à l'âge de 85 ans dans le film Voyages d'Emmanuel Finkiel...


en savoir plus
 
 
Ciné-concert : Wings
Mardi 30 septembre à 20h30
>>> en savoir +




 
Les Ailes (Wings), de William Wellman, avec Clara Bow, Charles Rogers, Richard Arlen, Jobyna Ralston, Gary Cooper
Oscar du meilleur film en 1927
Accompagnement musical :
Quatuor Prima Vista
Elzbieta Gladys, violon 1
Amélie Paradis, violon 2
Baudime Jam, alto
Frédéric Deville, violoncelle
Matthias Champon, trompette
Patrick Baudin, percussions

Deux jeunes gens – l’un est riche, l’autre non – sont amoureux de la même femme. Ils se retrouvent tous les deux pilotes de chasse pendant la première guerre mondiale.


Nouvel horizon pour le Quatuor Prima Vista et son compositeur attitré, Baudime Jam : le film de guerre hollywoodien à grand spectacle.

Jack Powel est un jeune homme passionné de sport mécanique. Sa voisine, Mary Preston, est follement amoureuse de lui mais il ne lui prête aucune attention car il est amoureux de Sylvia, elle-même amoureuse du fortuné David Armstrong. Quand les États-Unis s’engagent dans la Première Guerre Mondiale, Jack et David rejoignent l'Air Force pour combattre en France, et c’est dans ses conditions qu’ils se lient d’amitié. Mary, quant à elle, rejoint la Women's Motor Corp afin de se rapprocher de Jack...

La bataille de Saint-Mihiel, dans la Meuse, où les troupes américaines ont été fortement engagées en 1918, forme la toile de fond du scénario.

Savant mélange de mélodrame et de grand spectacle, «Les Ailes» est le dernier grand film de l’ère du muet ; il est également le premier à avoir obtenu l’Oscar du Meilleur film. De même que Douglas Fairbanks a définit la grammaire du film de cape et d’épée, William Wellman a donné ses lettres de noblesse à un genre appelé à devenir incontournable dans les salles obscures : le film de guerre. La prouesse des scènes de combats et les chorégraphies aériennes spectaculaires confèrent à ce récit d’amitié, d’amour, de fraternité et d’héroïsme un authentique souffle épique.

Wellman joue ici sa carrière et on assiste là, indéniablement, à l'éclosion d'un immense cinéaste, pas seulement en raison de sa capacité à maîtriser une mise en scène souvent complexe, mais aussi par le soin qu’il apporte aux scènes intimistes dont les plus tragiques sont traitées avec la pudeur d’un homme qui a lui-même été au combat comme aviateur.

En 1997, "Les Ailes" a été désigné « culturellement, historiquement et esthétiquement signifiant » par la Bibliothèque du Congrès et sélectionné pour préservation au National Film Registry.

Seul quatuor à cordes à avoir inscrit des ciné-concerts à son répertoire, et un des rares ensembles à accompagner des films muets sur des partitions originales, le Quatuor Prima Vista s’est produit avec succès depuis quinze ans dans de nombreux festivals en France, Espagne, Italie, Russie, Pologne, Allemagne, Angleterre, aux États-Unis et jusqu'en Afrique.

Afin de restituer le caractère héroïque et hollywoodien de ces aventures aériennes, le Quatuor Prima Vista a choisi de revêtir des couleurs symphoniques en accueillant dans son cercle le trompettiste Matthias Champon, de formation classique, et le percussionniste Patrick Baudin, issu du jazz.


 
Pochette Surprise
Dimanche 5 octobre à 11h
>>> en savoir +














 
La rentrée de Pochette Surprise, avec un thème décoiffant : "Chenapan ! Fripon ! Canaille !"
Et, toujours, une glace offerte !

Cette séance sera présentée par Mireille Beaulieu et les films seront accompagnés au piano par Fabien Touchard.

Au programme

COME FU CHE L’INGORDIGIA ROVINO IL NATALE A CRETINETTI - COMMENT LA GOURMANDISE GATA LE NOEL DE GRIBOUILLE (Italie, 1910, 11’)
Un film comique avec André Deed
Le soir de Noël, Gribouille s'endort après avoir mangé toutes les friandises du sapin. Son rêve l'entraîne dans un cauchemar où il passe du paradis à l'enfer.

BUBBLES (Etats-Unis, 1922, 8’)
Dessin animé de la série « Out of the inkwell »
Réalisation : Dave & Max Fleischer
Un dessinateur décide d'organiser avec son personnage un concours de bulles de savon, mais très vite, le jeu dégénère.

RAG DOG (Etats-Unis, 1935, 6’)
Dessin animé de la série « Rainbow Parade »
Réalisation : Burt Gillett
Quand trois jeunes chatons décident de jouer un bon tour aux deux chiens de la maison, gare à la casse.

THUNDERING FLEAS - LE MARIAGE MOUVEMENTE (Etats-Unis, 1926, 19’)
Burlesque de la série « Our gang »
Réalisation : Robert Mac Gowan
Avec : Our Gang, Oliver Hardy, Jerry Mandy, George K French, Lyle Tayo, Allen Cavan, James Finlayson, Alex Finlayson, Charlie Hall, Charley Chase, Martha Sleeper, Harry Bowen, Charley Young, Sam Lufkin, Ham Kinsey…
Les aventures d’un groupe d’enfants avec un dresseur de puces. Le dresseur a perdu ses puces qui se répandent et font des dégâts jusqu’à perturber une cérémonie de mariage.

BRIDE AND GLOOM (Etats-Unis, 1954, 6’)
Dessin animé de la 2e série « Popeye »
Réalisation : Isadore Sparber
Popeye et Olive se quittent le soir en se promettant de se revoir. La nuit, Olive fait un rêve où elle s'imagine mariée avec des enfants. Mais le rêve se change en cauchemar…

JE VEUX QU’ON M’ADOPTE (Etats-Unis, 1926, 17’)
Burlesque avec Sonny McKeen
Deux parents viennent choisir un bébé à adopter dans un orphelinat. Madame veut une petite fille, Monsieur veut Sonny (qui se déguise en fille, mais peine perdue). C’est la petite qui est choisie, mais Sonny monte derrière la voiture, et voici les deux gamins aux prises avec un majordome. Finalement, grâce à un stratagème (monsieur prétendra ne plus vouloir Sonny, et du coup, madame le voudra absolument), le couple gardera les deux enfants.


 
Soirée opéra : La Cenerentola
Lundi 6 octobre à 20h
>>> en savoir +




 
Opéra de Rossini, filmé en 2007 au Liceu de Barcelone, avec Joyce di Donato et Juan Diego Florez.
Accueil champagne !

 
Jean-Marc Luisada au Balzac
12 - 13 - 14 octobre
>>> en savoir +


 
Pianiste de renommée internationale,
Jean-Marc Luisada est aussi passionné par le septième art. Depuis trois ans, il entrouvre pour le public du Balzac les portes de sa cinémathèque intime. Chaque séance est précédée d’un récital de piano en lien avec le film.

Dimanche 12 octobre à 20h30
Le Clair de terre, de Guy Gilles (France, 1970, 98’)
Avec Edwige Feuillère, Annie Girardot, Patrick Jouané, Elina Labourdette
« Guy Gilles, le grand génie enfin retrouvé du cinéma français. Il bouscule la Nouvelle Vague, entre la carte postale, Mozart, Lucienne Boyer et un bouquet d’actrices prodigieuses. Guy Gilles en poète compositeur d’images
nous invite à la mélancolie. »
Récital Chopin
• Les 14 valses

Lundi 13 octobre à 20h
Les Hommes contre, de Francesco Rosi (Italie, 1970, 101’)
Avec Alain Cuny, Gian Maria Volonte, Mark Frechette
« D’une beauté monstrueuse, le diable Alain Cuny brise les ailes de l’ange Frechette. Rosissimo ! »
Programme du récital
• 2e mouvement du Trio en si bémol majeur, de Schubert, avec Nathanaelle Marie (violon) et Christophe Beau(violoncelle)
• Gnossienne, d’Erik Satie
• Valse en la mineur, de Reynaldo Hahn
Et avec Macha Méril :
• Keep the Home Fires Burning, Frou frou, Et les roses de Picardie…
• Sports et divertissements, pièces brèves d’Erik Satie

Mardi 14 octobre à 20h
La Fièvre dans le sang, d’Elia Kazan (Etats-Unis, 1961, 124’)
Avec Natalie Wood, Warren Beatty, Pat Hingle, Audrey Christie, Fred Stewart, Barbara Loden…
« Natalie Wood et Warren Beatty s’aiment et se déchirent
dans le plus grand film américain.»
Récital Chopin
• Nocturne op. posthume en do dièse mineur
• Nocturne op. 62 n°1
• Mazurka op. 17 n°4
• Fantaisie op. 49 en fa mineur
• 2e scherzo en si bémol mineur

 
Billy Elliot : le musical
Samedi 8 novembre à 14h et dimanche 9 novembre à 20h15
>>> en savoir +


 
Basé sur le film nominé aux Oscars, Billy Elliot a émerveillé́ et captivé les spectateurs du monde entier et notamment ceux de Londres, depuis 2005. En dix ans de succès, le musical a remporté́ plus de 80 récompenses théâtrales dont 10 Tony Awards. Cette comédie musicale arrive enfin sur grand écran. Deux séances sont programmées au Balzac : samedi 8 novembre à 14h et dimanche 9 novembre à 20h15.


en savoir plus
 
 
Soirée opéra : Orlando
Mardi 4 novembre à 20h
>>> en savoir +


 
Opéra de Haendel, filmé en 2012 au Théâtre Royal de la Monnaie, sous la direction de René Jacobs.

 
Ciné-concert : archives de la grande guerre
Lundi 17 novembre à 20h30
>>> en savoir +










 
« La grande guerre », un programme d’archives de l’ECPAD accompagnés par le Quatuor Prima Vista

"La femme française pendant la guerre" 1917
Réalisation : Alexandre Devarennes (30')

"Les enfants de France pendant la guerre" 1918
Réalisation : Henri Desfontaines (31')

"No man's land" 1915-1918, images du front réal (en partie) : Alfred Machin (29')





en savoir plus
 
 
Soirée opéra : Le Trouvère
Mardi 18 novembre à 20h
>>> en savoir +


 
Opéra de Verdi, filmé en 2013 au Berlin State Opera, sous la direction musicale de Daniel Barenboïm, avec Anna Netrebko, Placido Domingo...

 
Ballet : Manon
Samedi 22 novembre à 14h15
>>> en savoir +
 
Manon
Musique de Massenet
Chorégraphie : Kenneth McMillan
Avec le Royal Ballet de Londres
Filmé en octobre 2014 au Royal Opera House de Londres


Manon est une des pièces maîtresses du répertoire du Royal Ballet. Entre effusions passionnelles, scènes comiques, bourgeois amoraux, tentations et plaisirs faciles, cette histoire inspirée par les héros mythiques de l’Abbé Prévost se prête parfaitement au cinéma. Kenneth MacMillan y exprime sa fascination pour les personnages égarés et les sujets dramatiques. Il restitue le tourbillon dans lequel Manon la sensuelle, Manon l’ingénue, se perd et entraîne dans sa chute le fidèle chevalier Des Grieux. Le chorégraphe construit son ballet sur une mosaïque d’extraits de Massenet, trouvant dans sa musique toute la fraîcheur et le romantisme nécessaires à cette grande fresque dansée. Les scènes de foule et de bal succèdent aux pas de deux passionnés jusqu’à l’issue sublime et terrible du ballet.

 
Yehudi Menuhin en Union Soviétique
Mardi 25 novembre à 20h
>>> en savoir +
 
Yehudi Menuhin en Union Soviétique
Retour aux sources

Film en 3 épisodes de Bruno Monsaingeon 1988

avec
Yehudi Menuhin, violon
Igor et Valeri Oistrakh, violons
Viktoria Postnikova, piano
Jeremy Menuhin, piano
Guennadi Rojdestvenski, chef d’orchestre
Projection des episodes I et II – 1h24

Production Idéale Audience
Coproduction : Erato/SFP/Gosteleradio/TF1

En première partie
Présentation de Bruno Monsaingeon


 
Soirée opéra : Turandot
Lundi 1er décembre à 20h
>>> en savoir +






 
Opéra de Puccini filmé en 2010 aux Arènes de Vérone, sous la direction musicale de Giuliano Carella, mise en scène Franco Zeffirelli.

 
Ciné-concert : Tiger's Coat
Mardi 2 décembre à 20h30
>>> en savoir +






 
Un ciné-concert chanté avec le duo Catherine Vincent

The Tiger’s Coat, de Roy Clements (Etats-Unis, 1920)
Avec Tina Modotti, Lawson Butt..
Tina Modotti interprète une jeune mexicaine qui va usurper la place de sa maîtresse anglaise décédée, non par malhonnêteté mais par esprit de survie. L’ami américain qui l’accueille va tomber amoureux d’elle, la demander en mariage puis se rétracter en apprenant ses véritables origines…

Tina Modotti (1896-1942) était italienne (originaire d’Udine dans le Frioul). Elle fut ouvrière, actrice, photographe, puis révolutionnaire. Elle a quitté l'Italie pour les Etats-Unis, avant de s’installer au Mexique, puis de revenir en Europe, où elle séjourna à Berlin, Moscou et Madrid durant toute la guerre civile. Elle repartit au Mexique où elle mourut. Une vie passionnante et très engagée.
The Tiger’s Coat (1920) est le seul film que l'on conserve de la carrière hollywoodienne de Tina, il a été restauré par la Cineteca del Friuli.


 
Une matinée Haïti, avec le Grand Palais
Dimanche 7 décembre à 10h30
>>> en savoir +


 
En écho à l’exposition sur Haïti présentée au Grand Palais à partir du 19 novembre, le Balzac vous propose un rendez-vous haïtien le dimanche 7 décembre à 10h30.

Accueil gourmand et projection du film :

Les Comédiens (Etats-Unis, 1967, 150’)
Un film de Peter Glenville avec Richard Burton, Elizabeth Taylor, Alec Guinness, Peter Ustinov
Scénario Graham Greene, d’après son soman
En Haïti, sous la dictature de fer de Papa Doc, la rédemption d'un tenancier d'hôtel (Richard Burton) amoureux d'une femme mariée (Liz Taylor). Un tableau sombre imaginé par Graham Greene et porté par des acteurs étincelants.

A l’issue de la projection, les spectateurs disposent d’un billet coupe-file pour découvrir au Grand Palais l’exposition « Haïti, deux siècles de création artistique », jusqu’à 19h.

Les tarifs (accueil gourmand + film + entrée à l’exposition)
Tarif normal : 20 euros
Moins de 26 ans et détenteurs de la carte Sésame : 15 euros

En savoir plus sur le film…

En Haïti, sous la dictature de Papa Doc, trois hommes blancs se croisent dans un Port-au-Prince quadrillé par les tontons macoutes. Brown, tenancier faussement cynique d'un hôtel qui a connu des jours meilleurs, est pris entre son désir de partir et sa passion pour Martha, volage épouse d'un ambassadeur ; Jones dissimule ses activités de trafiquant d'armes derrière un charme mondain et un grade de major ; Smith l'Américain est bardé de bonnes intentions et flanqué de sa tendre épouse. La noire réalité haïtienne va peu à peu faire tomber leurs masques...

Comme la plupart des récits imaginés par Graham Greene, Les comédiens dépeint avec ironie et compassion une microsociété d'Occidentaux déracinés, confrontés à des choix moraux, rattrapés par une tragédie qui les dépasse. Cette tragédie est celle de Haïti, ravagé par la corruption et la terreur instaurées à partir de 1957 par François Duvalier (Papa Doc). Malgré le magnétisme du couple Burton/Taylor, la virtuosité d'Alec Guinness et la lumineuse Lillian Gish, c'est l'évocation du régime de Papa Doc qui frappe avant tout ici. Peter Glenville et Graham Greene décrivent avec une surprenante modernité les mécanismes de la dictature et les atermoiements d'une petite communauté protégée, dans un film à la férocité intacte.



 
Body and Soul
Lundi 8 décembre à 20h30
>>> en savoir +


 
Body and Soul
Autour du film éponyme d’Oscar Micheaux

Le film sera accompagné par le Caratini Jazz Ensemble avec :
Patrice Caratini contrebasse et direction
André Villéger saxophones/clarinette
Matthieu Donarier saxophones/clarinette
Rémi Sciuto saxophones/flûte
Clément Caratini clarinettes
Claude Egea trompette
Pierre Drevet trompette
François Bonhomme cor
Denis Leloup trombone
François Thuillier tuba
Bastien Stil tuba
Alain Jean-Marie piano
David Chevallier guitare/banjo
Thomas Grimmonprez batterie
Sebastian Quezada percussions
Abraham Mansfarroll percussions
Inor Sotolongo percussions

 
West Side Story
Mardi 9 décembre à 20h
>>> en savoir +
 
West Side Story
Robert Wise
Jerome Robbins, réalisation
Leonard Bernstein, musique

Adaptation de la comédie musicale éponyme d’Arthur Laurents, Stephen Sondheim et Leonard Bernstein, mise en scène par Jerome Robbins, dont la première eut lieu le 26 septembre 1957 à Broadway.

Le film a remporté 10 Oscars
Natalie Wood, Maria
Richard Beymer, Tony
Russ Tamblyn, Riff
Rita Moreno, Anita
George Chakiris, Bernardo

États-Unis 1961 – 2h30

En première partie
Leonard Bernstein
présentation Christian Merlin

 
Soirée opéra : Les Contes d'Hoffmann
Mardi 16 décembre à 20h
>>> en savoir +






 
Opéra d'Offenbach filmé en 2008 au Grand Théâtre de Genève, mise en scène Olivier Py.