ÉDITO

Semaine après semaine, mois après mois, nous pimentons notre programmation régulière avec des rendez-vous exceptionnels, à la croisée du cinéma, de la musique, des arts plastiques et de la gastronomie.

Vous retrouverez ci-contre le compte-rendu des événements qui se sont produits au Balzac en 2002.

Pour retrouver les comptes-rendus 2017, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2016, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2015, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2014, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2013, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2012, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2011, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2010, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2009, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2008, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2007, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2006, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2005, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2004, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2003, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2002, cliquer ici

 

CA S'EST PASSÉ EN 2002

Pochette Surprise
   

26 janvier : Le goût du court !
5e édition des "brunches du court-métrage au Balzac", avec la projection des films : "Les Dessous", de Keren Yedaya, "D’une cité l’autre", d’Hélène Moinerie, "Mi-temps", de Mathias Gokalp, "Le Corbeau", de Frédéric Pelle, "Au premier dimanche d’août", de Florence Miailhe, "Les Attaches fines", de Richard Sidi, "Mademoiselle Eva", de Jérôme Descamps.

14 février : Saint-Valentin
Nous avons fêté la Saint-Valentin à notre manière, en offrant par tirage au sort à une spectatrice chanceuse, un magnifique bijou Baccarat. Cette opération Baccarat s'est poursuivie durant un mois.

5 mars : Le Frère du guerrier
Dans le cadre des soirées du club, nous avons présenté en avant-première le dernier film de Pierre Jolivet, "Le Frère du guerrier", en présence du réalisateur et de l'actrice Mélanie Doutey. La projection était précédée d'un mini-concert : Serge Perathoner, compositeur, accompagné de Béatrice Delpierre, est venu interpréter les principaux thèmes du film.

11 mars : Samsara
Une autre soirée du club, avec l'avant-première de "Samsara", en présence du réalisateur Pan Nalin, qui répondait aux nombreuses questions du public. Un court-métrage d'Iliana Lolic, "Comment tu t'appelles ?" précédait le film.

12 mars : le Losange fête ses quarante ans
C'est au Balzac (salle emblématique du cinéma art et essai) que la société des Films du Losange (qui ne produit et ne distribue que des films d'auteur de grande qualité, il suffit de citer au hasard Eric Rohmer, Barbet Schroeder, Jacques Rivette ou Lars von Trier...) a choisi de célébrer en grandes pompes ses quarante ans. La cérémonie était animée par Frédéric Mitterrand, devant une salle pleine à craquer rassemblant tout ce que le cinéma français compte de personnalités (il serait trop long de les citer tous !), le parterre le plus pipole qui soit. Même Catherine Tasca, ministre de la Culture, était présente, pour remettre à Margaret Menegoz, patronne du Losange, les insignes de la Légion d'Honneur.

2 avril : L'Invention de la Cuisine
Vous n'êtes pas sans savoir que nous avons déjà, dans le passé, fait plusieurs incursions dans le domaine de la gastronomie... Mais ce qui s'est passé au Balzac le 2 avril dernier dépassait nos espérances les plus folles ! Jugez plutôt.
Au départ, il y a un film. Ou plutôt trois films. L'auteur : Paul Lacoste, passionné et talentueux. Le sujet : l'invention de la cuisine. Les personnages principaux : Pierre Gagnaire, Olivier Roellinger et Michel Bras. Autrement dit, trois des chefs cuisiniers les plus prestigieux de France. L'histoire était trop belle, il fallait aller jusqu'au bout. Si on montrait les films, pourquoi ne pas manger ensuite ? L'idée est lancée, et chacun s'enthousiasme : Olivier Roellinger (Cancale) se chargera de l'entrée, Pierre Gagnaire (Paris, rue Balzac) assurera le plat et Michel Bras (Laguiole) apportera le dessert. Quant aux vins, c'est la société Metro, qui possède une très belle cave et des cavistes fort compétents, qui les fournira. Manquait un sponsor pour nous aider à boucler le financement de l'opération : ce sera Servair, qui s'est engagé sans hésiter.
La soirée fut réussie de bout en bout. Trois cents personnes dans la salle, quatre cuisiniers débauchés pour l'occasion du restaurant Pierre Gagnaire, une trentaine d'élèves de l'école hôtelière de Paris Jean Drouant pour assurer le service, des films remarquables et un repas non moins extraordinaire. Un capharnaüm indescriptible dans le hall du Balzac, transformé pour un soir en arrière-cuisine. Michel et Sébastien Bras (son fils) étaient venus en camionnette depuis l'Aubrac avec un congélateur géant contenant les desserts préparés la veille... Olivier Roellinger est arrivé quant à lui avec des kilos de coquilles Saint-Jacques toutes fraîches... Restait à préparer les assiettes à bon rythme. Et, dans la salle, les invités, tranquillement assis, ignorants de l'agitation pourtant si proche, ont pu déguster, en discutant gaiement avec leurs voisins, un plateau repas (fournis par MacDo, les plateaux !) trois étoiles... Pas mal, non ?

9 avril : Hommage à Darius Milhaud
Nous avons célébré tout à la fois les cent ans de Madeleine Milhaud (décorée pour l'occasion par Christophe Girard, l'adjoint au Maire de Paris chargé de la culture) et la sortie chez Naïve de l'intégrale des quatuors à cordes de Darius Milhaud, par le Quatuor Parisii. Le Quatuor Parisii a interprété sur scène quelques morceaux choisis, puis nous avons projeté "Espoir", le fameux film d'André Malraux mis en musique par Darius Milhaud.

13 avril : matinée courts-métrages policiers
Un brunch du court-métrage exceptionnel, consacré au genre policier, à l'occasion du Festival du film policier de Cognac et de l'exposition "Meurtre au Palais" qui se tenait alors au Palais de la Découverte, marquant ainsi le début d'un partenariat avec cette prestigieuse institution. Le cocktail servi à la fin de la projection était offert par la maison CLS Rémy Cointreau.

13 mai : Diaporama
Le Centre National de la Photographie, notre voisin de la rue Berryer (nous ne travaillons qu'avec nos voisins !) nous a fait une proposition originale : il s'agissait de montrer un diaporama pas comme les autres. A partir d’un montage différent pour chaque projection, le diaporama de Pierre Leguillon, critique d'art, évolue en effet depuis 1993 "comme un documentaire «in progress» associant des images «prises à l’exposition» et des documents empruntés aux livres ou aux albums de famille. Il présente des reproductions d’œuvres d’art mais aussi des dispositifs propres aux expositions. Dans la plupart des œuvres décrites, le spectateur est désigné comme le centre d’un ensemble de relations construit à son échelle." Pari gagné : la salle était pleine.

14 mai : soirée "Eternity"
A l'occasion du lancement de la campagne publicitaire pour le parfum "Eternity" de Calvin Klein, nous avons organisé la projection en avant-première d'un film très romantique avec Andie McDowell : "Crush".

4 juin : Amadeus
C'est au Balzac que l'AFAA (Association Française d'Action Artistique) a choisi d'inaugurer, le 4 juin, le volet cinéma de Bohemia Magica, Une Saison Tchèque en France, autour de la projection en avant-première du chef-d'œuvre de Milos Forman, "Amadeus", version longue. Accueil champagne, petits-fours, suivi de la projection du film, devant un public constitué de représentants de la communauté tchèque en France et du ministère des Affaires Etrangères, ainsi que de journalistes et de membres du club des amis du Balzac.

8 juin : Le goût du court !
La sixième édition des brunches du court-métrage a eu lieu le samedi 8 juin. La formule reste inchangée : petit-déjeuner, présentation des réalisateurs, projection des films, brunch Stübli et débat avec la salle animé par Francis Gavelle. Huit films au programme (de l'avis général, c'était un très bon cru !) : "Art total", de Gwenn Pacotte et Pierre Excoffier ; "200 dirhams", de Laïla Marrakchi ; "Pauvre de moi", d'Olivier Gorce ; "Juste au-dessus des trains", de Jean-François Fontanel ; "Des anges", de Julien Leloup ; "Tête de chou", de Stéphane Secq ; "La petite valise", de Cécile Chagnaud ; "L'homme torche", de Ron Dyens. Beaucoup de monde dans la salle, une ambiance chaleureuse et propice à la discussion.

9 juin : matinée Plantu
Le public du Balzac a eu le plaisir de rencontrer le grand dessinateur humoristique du Monde, Plantu, à l'occasion de la projection d'un documentaire réalisé par son fils, Julien Plantureux.

11 juin : L'Auberge espagnole
Dans le cadre des avant-premières du club, nous avons proposé le nouveau film de Cédric Klapisch, "L'Auberge espagnole". Les spectateurs présents se sont vu offrir une glace Miko à leur arrivée, puis ils ont eu la surprise de découvrir le premier court-métrage réalisé par Marie-Anne Chazel,"Le Cœur sur la main", en présence de deux des comédiens du film, Alain Doutey et Arielle Séménoff. Une histoire très drôle et bien peu morale d'arnaque immobilière.

2 juillet : la Vague Danoise
En collaboration avec le Service Culturel de l'Ambassade Royale du Danemark en France, nous avons présenté une semaine du cinéma danois, du 3 au 9 juillet. Il s'agissait, à l'occasion de l'inauguration de la présidence danoise de l'Union Européenne, de mettre en lumière toute la cohérence et toute la richesse de la production cinématographique danoise. Au programme, des films récents et moins récents, connus et moins connus, ainsi qu'un séminaire à la Maison du Danemark intitulé "Pour qui roule la vague ?"
La soirée officielle d'ouverture a eu lieu le mardi 2 juillet, en présence de l'Ambassadeur du Danemark. Plus de 400 invités se sont pressés dans la grande salle du Balzac pour découvrir en avant-première "Le Banc" et faire la connaissance de Per Fly, le réalisateur, et de Jesper Christensen, le comédien principal du film. Tout le monde s'est ensuite retrouvé à la Maison du Danemark pour terminer la soirée.

9 juillet : Les deux orphelines
Il y a deux ans, ARTE choisissait le Balzac pour présenter en avant-première la version restaurée de "Salomé". Le 9 juillet, nous avons eu le plaisir de projeter le chef d'œuvre de D.W. Griffith, "Les deux orphelines", diffusé quelques semaines plus tard sur ARTE. Un très beau film et une belle opération de partenariat avec ARTE qui nous a permis, une fois de plus, de montrer que l'on peut faire au Balzac des projections en vidéo de très grande qualité.

3 septembre : Hommage à Nelly Kaplan
Début septembre et pendant deux semaines, le Balzac a présenté une rétrospective intégrale de l'œuvre de Nelly Kaplan. Cinq films au total ("La Fiancée du pirate", "Papa, les petits bateaux", "Néa", "Charles et Lucie", "Plaisir d'amour"), dont certains trop rarement vus. Cette rétrospective était accompagnée d'une belle et riche exposition de photos et documents d'archives. Le 3 septembre, pour l'inauguration de la manifestation, Nelly Kaplan avait invité tous ses amis au Balzac pour une soirée hommage très réussie.

6 octobre : Semaine des Cultures Etrangères
28 centres et instituts culturels étrangers à Paris ont organisé la première Semaine des cultures étrangères, du 30 septembre au 6 octobre. Une semaine d'art et de fête, pour découvrir ces lieux pas toujours très connus du grand public. Dès que nous avons su ce qui se préparait, nous avons souhaité être associés à cette manifestation. Et nous avons imaginé un brunch du court-métrage exceptionnel, consacré exclusivement aux cinématographies étrangères. Nous avons présenté huit films venus de huit pays différents, choisis avec l'aide de l'Agence du Court-Métrage. Et pour le brunch, nous avons fait appel à notre partenaire habituel, la maison Stübli, dont la prestation a été complétée par deux sympathiques surprises gastronomiques : de la bière canadienne et d'excellents gâteaux offerts par l'Ambassade de la République Slovaque.

2 octobre : Intervention Divine
C'est le film palestinien d'Elia Suleiman, "Intervention divine", qui a été présenté pour l'avant-première de la rentrée au club. Avant le film, nous avons eu le plaisir d'accueillir notre nouvel ami du bas de l'avenue des Champs-Elysées : Jean-Michel Ribes en personne est venu nous dire combien il était heureux du partenariat mis en place entre le Balzac et le nouveau Théâtre du Rond-Point. Il a présenté avec brio les grandes lignes de la saison 2002-2003 avant de laisser la parole à Claude Bokhobza, metteur en scène de la pièce "Prédelle", à l'affiche au mois d'octobre.

17 octobre : Hommage au producteur Humbert Balsan
Dans le cadre du festival "L'Industrie du Rêve", un hommage était rendu au producteur Humbert Balsan, qui a commencé sa carrière comme comédien chez Robert Bresson, avant de produire des réalisateurs aussi talentueux que Youssef Chahine, Sandrine Veysset, Philippe Faucon ou, très récemment, Elia Suleiman... C'est au Balzac qu'a eu lieu le point d'orgue de cet hommage, jeudi 17 octobre, avec une grande soirée présentée par Dominique Païni et Charles Tesson. Deux films au programme : "Samia", de Philippe Faucon et "Lancelot du Lac", de Robert Bresson. Humbert Balsan et de nombreuses personnalités du monde du cinéma étaient naturellement présents.

18 octobre : Soirée jazz avec France Musiques
Depuis le temps qu'on en rêvait ! Un événement exceptionnel a eu lieu au Balzac vendredi 18 octobre à 22h30 : un concert de jazz d'une heure, proposé et enregistré par France Musiques. Nous avons eu le grand plaisir d'accueillir le Quartette du saxophoniste Jean Toussaint, avec Mulgrew Miller (piano), Lonnie Plaxico (contrebasse) et Ralph Peterson (batterie). Ce concert a été diffusé par la suite sur France Musiques dans l'émission "Le Jazz, Probablement…" Deux films au choix ont suivi le concert : "Thelonious Monk, Straight No Chaser", de Charlotte Zwerin, Michael et Christian Blackwood et "Shadows" de John Cassavetes.

19 octobre : Le goût du court !
Toujours emmenée par notre programmateur-animateur préféré Francis Gavelle, la septième édition du "Goût du Court" a eu lieu samedi 19 octobre. Sept films au programme, projetés en présence de tous les réalisateurs : "Textiles", de Jérôme Brière ; "El puente", de Laurent Guillermin ; "Au noir", de Ronan Le Page ; "La Mort de Tau", de Jérôme Boulbès ; "Peau de vache", de Gérald Hustache-Mathieu ; "Germain", de Delphine et Muriel Coulin ; "Programme court", de Fred Grunenwald. Et, toujours, le fameux brunch servi par la Maison Stübli !

26 novembre : Ivre de femmes et de peinture
Dernière avant-première du club avant la fin de l'année : le beau film, primé au Festival de Cannes (prix de la mise en scène) de Im Kwon-Taek.