ÉDITO

Semaine après semaine, mois après mois, nous pimentons notre programmation régulière avec des rendez-vous exceptionnels, à la croisée du cinéma, de la musique, des arts plastiques et de la gastronomie.

Vous retrouverez ci-contre le compte-rendu des événements qui se sont produits au Balzac en 2016.

Pour retrouver les comptes-rendus 2002, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2003, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2004, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2005, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2006, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2007, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2008, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2009, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2010, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2011, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2012, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2013, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2014, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2015, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2016, cliquer ici

 

CA S'EST PASSÉ EN 2016

Pochette Surprise
Dimanche 10 janvier à 11h
>>> en savoir +












 
Les séances incontournables du dimanche matin, pour tout public !
Les films programmés par Mireille Beaulieu seront accompagnés au piano par Fabien Touchard.


LA LUNE A UN METRE (France, 1898, 3’)
Scène à truc de Georges Méliès
Production : Star Film
Le diable tourmente un astronome dans son observatoire en faisant surgir une face de lune monstrueuse, puis le tente par l’apparition de jeunes femmes, et enfin le fait dévorer par la face lunaire, mais la déesse Phoebé protège l’astronome et le ramène à la vie.

KOKO’S AUTO RIDE (Etats-Unis, 1919, 6’)
Dessin animé de Dave et Max Fleischer
Série : Out of the Inkwell
Avec Koko
Max décide d'aller se promener en voiture avec une charmante jeune femme. Jaloux, Koko va tout faire pour l'en empêcher.

CUSTOMERS WANTED (Etats-Unis, 1939, 7’)
Dessin animé de Dave Fleischer
Série : Popeye
Production : Fleischer Studios
Popeye et Brutus, deux forains, vantent les mérites de leurs attractions respectives et se disputent un unique client qui saura les réconcilier d'une manière fort surprenante.

RED PEPPER - CE COQUIN DE PICRATT (Etats-Unis, 1925, 13’)
Burlesque d’Arvis Gillstrom
Production : Jack White / Educational
Avec : Al Saint-John, Babe London, John Rand, Judy King, Philip Steelman

THE SNOWMAN (Etats-Unis, 1933, 8’)
Dessina nimé de Ted Esbaugh

THE FINISHING TOUCH - LE POING FINAL (Etats-Unis, 1928, 20’)
Burlesque de Clyde Bruckman
Série Laurel & Hardy Silents
Production : Hal Roach - MGM
Avec Laurel & Hardy, Edgar Kennedy, Dorothy Coburn, Sam Lufkin
Laurel et Hardy doivent terminer la construction d’une maison de bois déjà presque entièrement montée. A force de maladresse, ils finissent par la détruire entièrement.


 
Grande soirée du nouvel an russe
Mardi 12 janvier à 20h30
>>> en savoir +


 
Première partie
L’étoile du sapin, cabaret musical, satirique et… russe
Avec Youlia Zimina (chanteuse, comédienne), Dimitri Artemenko (violon) et Vadim Sher (piano, chant)
Il y a mille façons de fêter le Nouvel An. Trois personnages autour du sapin et du piano se préparent en accords et en désaccords aux douze coups de minuit. Ils vous entraînent dans un Nouvel An russe plein d’émotions scintillantes.

Entracte
Dégustation de spécialités russes

Deuxième partie
La Nuit de Carnaval, d’Eldar Riazanov (1956, 77’)
Le nouveau directeur d’une maison de la culture prépare un concert terriblement ennuyeux pour les fêtes du Nouvel An. Un groupe de jeunes comédiens amateurs tente l’impossible pour améliorer la soirée.
Un film culte en version restaurée !

Tarif normal 40 euros
Moins de 26 ans 32 euros
 
Soirée opéra : La Fiancée du tsar
Mardi 19 janvier à 20h
>>> en savoir +




 
La Fiancée du Tsar, de Rimski-Korsakov
Direction musicale : Daniel Barenboim
Mise en scène : Dmitri Tcherniakov
Avec Olga Peretyatko, Johannes Martin Kränzle,
Pavel Cernoch, Anita Rachvelichvili
Filmé au Staatsoper de Berlin en 2013.
Durée : 152’
 
Séance jeune public : le Père Frimas
Samedi 23 et dimanche 24 janvier à 11h
>>> en savoir +








 
Le Père Frimas (Morozko), un film d’Alexandre Roou (1964, 84’, Vostf)
Scénario : Nikolaï Erdman
Musique : Nikolaï Boudachkine (d’après Rimski-Korsakov)
Il était une fois un vieux et une vieille qui avaient deux filles : Marfouchka et Nastenka. La vieille n’aimait pas la douce Nastenka qui faisait dans la maison le travail le plus ingrat. Un jour, en ramassant des branches sèches dans la forêt, Nastenka rencontra le jeune Ivanouchka et ils tombèrent amoureux. C’est alors qu’un méchant sorcier transforma Ivanouchka en ours…
Ce film est adapté de Morozko, un conte merveilleux traditionnel russe.

Tarif normal 8 euros
Moins de 26 ans 5 euros
 
Ballet : Anna Karénine
Samedi 23 janvier à 14h
>>> en savoir +




 
Anna Karénine
D’après la nouvelle de Léon Tolstoï
Musique : Rodion Shchedrin
Chorégraphie : Alexei Ratmansky
Direction musicale : Valery Gergiev
Avec Ulyana Lopatkina, Victor Baranov,
Andrei Ermakov
Filmé au Théâtre Mariinsky en 2014
Durée : 90’
 
Ciné-lecture : Le Portrait de Dorian Gray
Dimanche 24 janvier à 11h
>>> en savoir +


 
Troisième rendez-vous ciné-lecture avec Marc Roger de l'association La Voie des Livres. Lecture de textes d'Oscar Wilde suivie de la projection du film d'Albert Lewin, Le Portrait de Dorian Gray.
Tarif normal 12 euros
 
Ciné-concert : Usage(s) du monde
Mardi 26 janvier à 20h30
>>> en savoir +


 
C’est au poète voyageur Nicolas Bouvier qu’Yves Dormoy rend hommage dans ce spectacle porté par L’Usage du monde (1963). De Marseille au Yunnan en passant par l'Iran, les collections de films du Centre National du Cinéma ont livré des images remarquables d'expéditions du début du XXe siècle, scénographiées dans une invitation au voyage, visuel, musical et littéraire.

Un programme de films conservés et restaurés par le Centre National du Cinéma :
Routes du Ciel, de Jacques Berr et Marcel Paulis, 1934
Au-dessus de la Côte d'Azur, réalisation inconnue, 1928
Marseille Saïgon, réalisation inconnue, 1933
Visions d'Orient de Charles d'Espinay, 1945
Grass, de M. C. Cooper et E. B. Schoeddsack, 1925
La Voie française du Yunnan, de René Tomasset, 1939

Les artistes
Yves Dormoy, conception, réalisation, clarinettes
Antoine Berjeaut, trompette, clavier
Andi Pupato, percussions
Christian Izard, narrateur

 
Ciné-concert jeune public : Monte là-dessus
Dimanche 31 janvier à 11h
>>> en savoir +


 
Safety Last (Monte là-dessus), de Fred Newmeyer et Sam Taylor (1923, 79'), avec Harold Lloyd
Une séance animée par le groupe L'Attirail

Le film le plus célèbre avec Harold Lloyd sera accompagné en direct par les cinq musiciens du groupe l'Attirail.
Au départ, l'Attirail, c'est un groupe de musique né de la rencontre en 1994 de Jean-Stéphane Brosse, accordéoniste et Xavier Demerliac, guitariste. Ensemble, ils inventent une musique acoustique à l'imaginaire sans frontières, aux influences multiples, de Nino Rota à Ennio Morricone en passant par Les Négresses vertes et bien d'autres …Ils sont surtout un des groupes pionniers dans le mélange musical Est-Ouest.
Rapidement, ils croisent le cinéma quand Patrice Leconte utilise leur musique pour La Fille sur Le Pont. En 1998, Emilie Deleuze leur propose de composer la musique de son premier long métrage. Fin 99, leur album Cinéma ambulant sort chez Naïve et en 2000, ils font l'Olympia avec Emir Kusturica and the No Smoking Orchestra. Depuis décembre 2008, l'Attirail se consacre exclusivement aux Ciné-concerts. Le film Safety Last est leur premier opus.
Film muet américain de 1923 avec Harold Lloyd, Safety Last, «Monte là-dessus» en français, met en scène le jeune Harold arrivé à Los Angeles pour faire fortune. Vendeur dans un grand magasin, il fait croire à sa fiancée qu'il en est le patron. De projets fous en catastrophes successives, le jeune homme se retrouve dans une situation inextricable et burlesque. Cascades et gags se succèdent aux sons d'une musique tantôt construite tantôt plus improvisée, qui redonne une nouvelle modernité au film.
Tarif adultes 10 € - Moins de 26 ans 6 €.

 
Soirée opéra : La Clémence de Titus
Mardi 2 février à 20h
>>> en savoir +






 
La Clémence de Titus, de Mozart
Direction musicale : Jérémie Rhorer,
avec le Cercle de l’Harmonie et
l’Ensemble vocal Aedes
Avec Kurt Streit, Karina Gauvin, Julie Fuchs,
Kate Lindsey, Lulie Boulianne
Mise en scène : Denis Podalydès
Filmé au Théâtre des Champs-Elysées en 2014.
Durée : 130’
 
Ciné-club Yiddish pour tous
Dimanche 7 février à 11h
>>> en savoir +


 
Un nouveau rendez-vous proposé par le groupe Yiddish pour tous, qui souhaite rendre hommage à la réalisatrice Chantal Akerman.
10h-11h : Accueil petit déjeuner buffet sucré-salé convivial (on partage les délicatesses et pâtisseries apportées par les participants)
11h-12h : Hommage à Chantal Akerman avec des membres de l'équipe du film (Sonia Wieder-Atherton, musique ; Maryline Watelet, directrice artistique ; Roy Nathanson, acteur ; Bertrand Van Effenterre, producteur délégué)
Concert : Sonia Wieder-Atherton (violoncelle) et Roy Nathanson (saxophone) joueront des morceaux dédiés à leur amie disparue.
12h- 13h30 : Histoires d'Amérique, un film rare. Inspirée par Isaac Bashevis Singer, Chantal Akerman filme à New-York des histoires de juifs survivants, émouvantes ou drôles, de l'Ancien au Nouveau Monde.
Tarif unique 10 euros.
 
Concert : Les Vêpres de la Vierge
Dimanche 7 février à 20h
>>> en savoir +


 
Les Vêpres solennelles de la Vierge Marie, de Monteverdi
Direction musicale :
John Eliot Gardiner,
avec le Monteverdi Choir
Solistes : Silvia Frigato (soprano),
Emanuela Galli (soprano),
Nicholas Mulroy (ténor),
Krystian Adam (ténor)
Filmé à la Chapelle Royale
de Versailles en 2014
Durée : 110’
 
Avant-première du film El Clan
Mardi 9 février à 20h
>>> en savoir +


 
Les membres du club des amis du Balzac ont découvert en avant-première le nouveau film de Pablo Trapero, El Clan, une plongée glaçante dans les années difficiles qui ont suivi la fin d'une dictature pas tout à fait terminée pour certains...
 
Soirée jazz avec Daniel Humair
Vendredi 12 février à 20h30
>>> en savoir +










 
Festival 2016 JAZZ & IMAGES au Balzac

Chaque soir, des archives filmées et un concert live, avec de grands noms du jazz.
Sur scène, Daniel Humair, Aldo Romano, Henri Texier, Vincent Lê Quang, Bruno Ruder, Stéphane Kerecki…
Soirées hommage à Stan Getz, Duke Ellington et Billie Holiday.


Vendredi 12 février à 20h30


Le film

Daniel Humair Special Show (Jean-Christophe Averty, 1961, 30’)

Dans le studio d’enregistrement où il prépare son prochain disque avec ses musiciens, le batteur Daniel Humair accueille les caméras de Jean-Christophe Averty et s’entretient avec le présentateur Raymond Mouly. Avec Jean-Louis Chautemps (saxophone), Louis Fuentes (trombone), Sonny Grey (trompette), Guy Pedersen (contrebasse), Eddy Louiss (piano), Henri Renaud (piano), Jackie McLean (saxophone), René Urtreger (piano).

Sur scène

Trio de Daniel Humair
Daniel Humair, batterie
Vincent Lê Quang, saxophone
Stéphane Kerecki, contrebasse

Pilier du jazz moderne en Europe, Daniel Humair est de ces artistes toujours à l’affût, menant sa carrière aux côtés des géants du jazz ou de jeunes musiciens qu’il sait prendre sous son aile. En ouvrant ce cycle de concerts de jazz au Balzac, il nous démontre combien le jazz, musique de partage, intergénérationnelle, continue d’aller de l’avant.

 
Pochette Surprise
Dimanche 14 février à 11h
>>> en savoir +












 
Les films seront accompagnés par Pierre-Michel Sivadier (piano) et Jean-Yves Roucan (percussions)
Programmation, présentation et traduction des intertitres : Mireille Beaulieu

LE VOLEUR DE BICYCLETTE (France, 1905, 5’)
Réalisation : Charles Lucien Lépine
Un homme dépose sa bicyclette devant un théâtre et entre dans l'établissement. Un jeune filou enfourche la bicyclette et se sauve. Un colleur d'affiche qui l'a vu fait signe à un automobiliste, tous deux s'élancent à la poursuite du voleur. Aux deux poursuivants se joignent bientôt une nourrice, un fiacre, une marchande au panier, un homme portant une hotte, une marchande des quatre saisons, un petit pâtissier, un cavalier, un âne, etc...

CINDERELLA – CENDRILLON (Etats-Unis, 1925, 9’)
Dessin animé de la série Dinky Doodle
Réalisation : Walter Lantz
Adaptation moderne dans les années 20 de l'histoire, conte de Cendrillon.

CIRCUS (Etats-Unis, 1932, 6’)
Dessin animé de la série Flip the Frog
Réalisation : Ub Iwerks
Les aventures de Flip, vendeur de hot dogs, dans une fête foraine.

TIRE TROUBLE (Etats-Unis, 1924, 13’)
Burlesque de la série Our Gang
Réalisation : Robert Mac Gowan
Un vieil homme se croyant gravement malade croise sur son chemin les petites canailles et se prenant d’affection, les emmène dans une fête foraine au bord de la mer. Là, il revit.

THE SONG OF THE BIRDS - IL ETAIT UN PETIT MOINEAU (Etats-Unis, 1935, 7’)
Dessin animé de la série Color Classic
Réalisation : Dave Fleischer
Alors qu'il apprend tout juste à voler, un oisillon est pris pour cible par un jeune chasseur.

NEIGHBORS - LA VOISINE DE MALEC (Etats-Unis, 1920, 17’)
Burlesque de Buster Keaton et Eddie Cline
Avec Buster Keaton et Joe Roberts
Buster et sa charmante voisine sont très amoureux et souhaitent se marier. Mais le père de la jeune fille est définitivement opposé à cette union. Buster va devoir faire preuve de beaucoup d'imagination et d'habileté pour arriver à ses fins.




 
L'année cinéma César
Du 10 au 17 février
>>> en savoir +
 
L’année cinéma César
C’est au Balzac du 10 au 17 février !
Comme chaque année, l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma a demandé à ses 4276 membres actifs de décerner les vingt-deux César que recevront le 26 février prochain les films et les personnes qu’ils ont voulu distinguer parmi la production cinématographique de l’année 2015.
À l’issue du premier tour de vote, les membres de l’Académie ont ainsi proposé 118 nominations, réparties sur 43 longs métrages et 9 courts métrages.
Entre les choix de la critique et ceux du public, voici donc celui des professionnels du cinéma français.
L’Académie des Arts et Techniques du Cinéma vous propose de venir découvrir ou redécouvrir ces 52 films au Balzac du 10 au 17 février, puis aux 3 Luxembourg.
Les lauréats seront dévoilés lors de la Cérémonie des César qui aura lieu le 26 février 2016 au Théâtre du Châtelet, et sera diffusée en direct, en clair et en exclusivité sur Canal + à partir de 21h.

Tarif unique : 5 euros – cartes illimitées acceptées

Mercredi 10
10h Taxi Téhéran – 12h15 Comme un avion – 14h30 Adama (animation) – 16h45 La belle saison – 19h La Loi du marché – 21h30 L’Affaire SK1

Jeudi 11
10h Birdman – 12h15 Les Anarchistes – 14h30 L’Image manquante (documentaire) – 16h45 Much Loved – 19h Mon roi – 21h30 Ni le ciel ni la terre

Vendredi 12
10h Le tout nouveau testament – 12h15 Connasse, princesse des cœurs – 14h30 Cavanna, jusqu’à l’ultime seconde j’écrirai (documentaire) – 16h45 Valley of Love – 19h Marguerite – 21h30 Journal d’une femme de chambre

Samedi 13
10h Mia Madre – 12h15 L’Odeur de la mandarine – 14h30 Le petit Prince (animation) – 16h45 Fatima – 19h Dheepan – 21h30 Asphalte

Dimanche 14
10h Le Fils de Saul – 12h15 21 nuits avec Pattie – 14h30 Une jeunesse allemande (documentaire) – 16h45 L’Hermine – 19h Trois souvenirs de ma jeunesse – 21h30 Les Cowboys

Lundi 15
10h Je suis mort mais j’ai des amis – 11h45 A trois on y va – 13h30 Les Bêtises – 15h Le Bouton de nacre (documentaire) – 16h45 La Vie très privée de Monsieur Sim – 19h Mustang – 21h30 Nous trois ou rien

Mardi 16
10h Youth – 12h15 En mai, fais ce qu’il te plaît – 14h30 Avril et le monde truqué (animation) – 16h45 Demain (documentaire) – 19h La Tête haute – 21h30 L’Enquête

Mercredi 17
10h Courts métrages – 12h30 Courts métrages d’animation

 
Goya, visions de chair et d'os
13, 16 et 18 février à 11h
>>> en savoir +


 
« On découvre les tableaux dans leurs moindres détails » (The Daily Mail)
« Le résultat est un spectacle captivant et enrichissant, idéal pour le grand écran et accessible à tous » (New York Post)

EXPOSITIONS AU CINÉMA a été le premier programme à montrer au cinéma les plus grandes expositions du monde entier. Mêlant biographies d’artistes et images inédites depuis les coulisses des galeries, ces films sont éducatifs, accessibles, intelligents et ludiques. Après le succès remarquable des deux premières saisons, programmées dans 1 350 cinémas à travers plus de 40 pays, la troisième saison d’EXPOSITIONS AU CINÉMA présente trois nouveaux films qui offrent au public la possibilité d’assister à des expositions qu’il ne pourrait pas voir autrement, et permettent à ceux qui les ont déjà vues de revivre ces événements avec plus de détails et d’explications, grâce au commentaire.
Cette série exceptionnelle, tournée exclusivement pour le cinéma au coeur des galeries et des musées, permet aux amateurs d’art du monde entier d’apprécier, d’admirer et de s’émerveiller devant les oeuvres des plus grands peintres de l’histoire, sur grand écran et en haute définition.
EXPOSITIONS AU CINÉMA est un programme produit par Phil Grabsky (Seventh Art Productions), documentariste d’art récompensé à maintes reprises.


GOYA - VISIONS DE CHAIR ET D’OS
Francisco Goya, considéré comme le fondateur de l’art moderne, est l’artiste espagnol le plus reconnu. En plus d’observer avec talent la vie et le passé mouvementé de l’Espagne, c’est un portraitiste doué et un fin commentateur social. Avec Goya, l’art du portrait atteint de nouveaux sommets. Cette exposition de la National Gallery de Londres remet son génie en lumière. À travers une formidable collection d’oeuvres uniques et de lettres de Goya, nous analysons l’homme lui-même et le monde qu’il peignait. Sa vision artistique très forte et son savoir-faire hors du commun font de Goya un grand peintre très admiré.
Durée 90’
Séances au Balzac : samedi 13, mardi 16 et jeudi 18 février à 11h


Tarif normal 11 euros - moins de 26 ans 7,50 euros.
 
Soirée opéra : Boris Godounov
Jeudi 18 février à 20h
>>> en savoir +




 
Boris Godounov, de Moussorgski
Direction musicale : Valery Gergiev
Mise en scène : Graham Vick
Avec Yevgueni Nikitin, Yevgeny Akimov,
Mikhail Kit, Sergei Semishkur
Filmé au Théâtre Mariinsky de Saint-Petersbourg
en 2012.
Durée : 150’
 
Jenufa, de Janacek
Mardi 8 mars à 20h
>>> en savoir +






 
Jenufa, de Janacek
Direction musicale : Ludovic Morlot, avec l’Orchestre
symphonique et les choeurs de La Monnaie
Mise en scène : Alvis Hermanis
Avec Sally Matthews, Charles Workman,
Nicky Spence, Jeanne-Michèle Charbonnet
Filmé en 2014 à La Monnaie de Bruxelles. Durée : 180’
 
Ballet Movimientos
Samedi 12 mars à 14h
>>> en savoir +








 
Movimientos
Danzar al aire espanol
Direction, livret et costumes :
Hugo Perez de la Pica
Suite flamenca
Chorégraphie : Antonio Gades et Cristina Hoyos
Avec la Compagnie Antonio Gades
Filmé au Teatro Real de Madrid en 2014
Durée : 114’
 
Pochette Surprise
Dimanche 13 mars à 11h
>>> en savoir +










 
Les films seront présentés par Mireille Beaulieu et accompagnés au piano par Cyrille Lehn.

Au programme :

FELIX THE CAT IN COMICALAMITIES - FELIX VA SE MARIER (Etats-Unis, 1928, 7’)
Dessin animé de la série « Félix lthe cat »
Réalisation Pat Sullivan
Pour séduire sa belle, Félix décide de lui offrir un collier de perles qu'il ira lui-même chercher au fond des océans. Mais la belle est exigeante et ne saura se contenter de ce premier présent.

THE RAT’S KNUCKLES (Etats-Unis, 1924, 10’)
Burlesque de la série Charley Chase
Production Hal Roach – Pathe Exchange
Réalisation Leo Mac Carey
Avec Charley Chase, Jack Gavin, Martha Sleeper, Jules Mendel
Chase, génial inventeur, essaie de trouver un riche financier pour lancer sa dernière invention : un piège à souris révolutionnaire.

SINKIN’ IN THE BATHTUB (Etats-Unis, 1930, 7’)
Dessin animé de la série Bosko
Usa 1930
Production Warner
Réalisation Hugh Harman
S'étant fait une beauté, Bosco s'en va chercher sa belle pour une promenade sur les routes champêtres et parfumées. (C’est le premier cartoon de Warner)

LE DIABLE NOIR (France, 1905, 4’)
Scène à truc
Production Star Film
Réalisation Georges Méliès
Un diable noir, fatigué de sa journée, se couche dans une chambre d’hôtel, lorsqu’il est dérangé par l’arrivée d’un voyageur. Il disparaît, mais lorsque le client de l’hôtel veut se coucher, le diable l’en empêche par tous les moyens. Le client devient fou. On l’emmène et le diable revient se coucher pour finir tranquillement sa nuit.

ANTS IN THE PLANTS (Etats-Unis, 1940, 7’)
Dessin animé de la série Color Classic
Production Fleischer Studios
Réalisation Dave Fleischer
Branle-bas de combat chez les fourmis : un tamanoir est signalé dans les environs.

WORK - CHARLOT APPRENTI (Etats-Unis, 1915, 28’)
Burlesque de la série Charles Chaplin - Essanay
Production Essanay - General Film Co.
Réalisation Charles Chaplin
Avec : Charles Chaplin, Edna Purviance, Charles Inslee, Billy Aarmstrong, Léo White
Charlot apprenti peintre se fait exploiter par son patron. Ils arrivent dans une maison bourgeoise pour poser du papier peint. Progressivement et dans la bonne humeur, Charlot installe un épouvantable chaos.



 
Quand les Russes aiment
lundi 14 et mardi 15 : ouverture au Balzac
>>> en savoir +


 
Après "Quand les Russes rient", voici "Quand les Russes aiment", un festival de cinéma russe qui aura lieu dans quatre cinémas de la capitale, du 14 au 22 mars. Deux soirées d'ouverture au Balzac, lundi 14 et mardi 15.

Lundi 14 à 20h : concert en lever de rideau avec Michel Legrand et projection du film de Nikita Mikhalkov, "Partition inachevée pour piano mécanique"

Mardi 15 à 20h30 : projection du film d'Alexandre Rogojkine, "Le Coucou"


en savoir plus
 
 
Jazz & Images : Hommage à Stan Getz
Vendredi 18 mars à 20h30
>>> en savoir +




 
Festival 2016 JAZZ & IMAGES au Balzac

Chaque soir, des archives filmées et un concert live, avec de grands noms du jazz.
Sur scène, Daniel Humair, Aldo Romano, Henri Texier, Vincent Lê Quang, Bruno Ruder, Stéphane Kerecki…
Soirées hommage à Stan Getz, Duke Ellington et Billie Holiday.


Le film

Stan Getz au Festival de Nice 1978 (Jean-Christophe Averty, 1978, 28’)

C’est aux côtés de Mary Lou Williams, grande dame du piano, et de sa section rythmique avec J.C. Heard (bt) et Ronnie Boykins (cb) que Stan Getz enflamme les arènes de Cimiez à Nice, en 1978. On y retrouve au fil des compositions (Jeep’s jumpin’, My Blue Heaven, Love for sale…) un swing hors pair, et des accents de blues. Et une indispensable version de Lush Life, thème mythique de Billy Strayhorn.

Sur scène

Quartet de Vincent Lê Quang

Vincent Lê Quang, saxophone
Bruno Ruder, piano
Joe Quitzke, batterie
Guido Zorn, contrebasse

Plainte d’un Orient rêvé, harmonies Mitteleuropa, swing d’une Amérique choisie : si le jazz est métissage, il résonne ici des improbables accents qui baignent l’univers du compositeur et saxophoniste Vincent Lê Quang. Mais bien loin d’une série de cartes postales venues de rivages morts, c’est à un tout empreint de mystère que nous sommes conviés, musique intérieure, de l’espace du dedans, dirait Michaux, qui cherche dans les sonorités d’une formation classique et presque académique, l’éternelle nouveauté de l’émotion.

 
Ciné-club Yiddish pour tous : A Serious Man
Dimanche 20 mars à 11h
>>> en savoir +


 
A Serious Man (2010)
Un film de Joel et Ethan Coen
Avec Michael Stuhlbarg, Sari Lennick, Richard Kind

1967. Larry Gopnik, professeur de physique dans une petite université du Midwest, vient d'apprendre que sa femme Judith allait le quitter. Elle est tombée amoureuse d'une de ses connaissances, le pontifiant Sy Ableman. Arthur, le frère de Larry, est incapable de travailler et dort sur le canapé. Danny, son fils, a des problèmes de discipline à l'école hébraïque, et sa fille Sarah vole dans son portefeuille car elle a l'intention de se faire refaire le nez. Pendant ce temps, Larry reçoit à la fac des lettres anonymes visant à empêcher sa titularisation, et un étudiant veut le soudoyer pour obtenir son diplôme. Luttant désespérément pour trouver un équilibre, Larry cherche conseil auprès de trois rabbins. Qui l'aidera à faire face à ses malheurs et à devenir un mensch, un homme bien ?

Un chef d'oeuvre des frères Coen. A voir impérativement. A revoir pour toutes ses finesses cachées. En avant-propos, le rabbin Yeshaya Dalzace nous aidera à démêler les fils qui font de ce film un surprenant "midrash".
De 10h30 à 11h30 : Convivialité et partage avec notre célèbre accueil-brunch sucré salé, avec ce que les spectateurs auront apporté.
Tarif unique 10 euros.
 
Concert : la 9e Symphonie de Beethoven
Dimanche 20 mars à 20h
>>> en savoir +




 
La 9e Symphonie, de Beethoven
Direction musicale : Christian Thielemann
et l’Orchestre Philharmonique de Vienne
Solistes : Annette Dasch,
Mihoko Fujimura, Piotr Beczala,
Georg Zeppenfeld
Filmé au Golden Hall de Vienne
en 2010
Durée : 80’
 
Dialogues des Carmélites, de Francis Poulenc
Mardi 22 mars à 20h
>>> en savoir +








 
Dialogues des Carmélites,
de Poulenc
Direction musicale : Jérémie Rhorer
avec le Philharmonia Orchestra
Mise en scène : Olivier Py
Avec Sophie Koch, Patricia Petibon,
Véronique Gens, Sandrine Piau
Filmé au Théâtre des Champs-Elysées en 2013.
Durée : 166 ‘
 
Renoir, rejeté et respecté
Samedi 19, mardi 22 et jeudi 24 mars à 11h
>>> en savoir +


 
« On découvre les tableaux dans leurs moindres détails » (The Daily Mail)
« Le résultat est un spectacle captivant et enrichissant, idéal pour le grand écran et accessible à tous » (New York Post)

EXPOSITIONS AU CINÉMA a été le premier programme à montrer au cinéma les plus grandes expositions du monde entier. Mêlant biographies d’artistes et images inédites depuis les coulisses des galeries, ces films sont éducatifs, accessibles, intelligents et ludiques. Après le succès remarquable des deux premières saisons, programmées dans 1 350 cinémas à travers plus de 40 pays, la troisième saison d’EXPOSITIONS AU CINÉMA présente trois nouveaux films qui offrent au public la possibilité d’assister à des expositions qu’il ne pourrait pas voir autrement, et permettent à ceux qui les ont déjà vues de revivre ces événements avec plus de détails et d’explications, grâce au commentaire.
Cette série exceptionnelle, tournée exclusivement pour le cinéma au coeur des galeries et des musées, permet aux amateurs d’art du monde entier d’apprécier, d’admirer et de s’émerveiller devant les oeuvres des plus grands peintres de l’histoire, sur grand écran et en haute définition.
EXPOSITIONS AU CINÉMA est un programme produit par Phil Grabsky (Seventh Art Productions), documentariste d’art récompensé à maintes reprises.


RENOIR - REJETÉ ET RESPECTE
C’est l’un des artistes les plus controversés et pourtant, l’un des plus influents. La collection de Picasso contenait principalement des Renoir. Matisse le vénérait. Monet également. Renoir a été crucial dans la création du mouvement impressionniste, avant de le rejeter totalement pour se lancer dans un genre radicalement différent, avec beaucoup de succès. La Collection Barnes à Philadelphie possède plus de toiles de Renoir que n’importe quelle autre galerie au monde et c’est là que nous tenterons de lever le voile sur l’histoire remarquable de cet incroyable artiste.
Durée 90’
Séances au Balzac : samedi 19, mardi 22 et jeudi 24 mars à 11h


Tarif normal 11 euros - Moins de 26 ans 7,50 euros.
 
Pochette Surprise
Dimanche 3 avril à 11h
>>> en savoir +










 
Programmation, traduction et lecture des intertitres : Mireille Beaulieu
Accompagnement au piano : Fabien Touchard

ONESIME HORLOGER (France, 1912, 7’)
Comique
Production : Gaumont
Avec : Ernest Bourbon (Onésime), Gaston Modot (l'enfant qui grandit)
L'oncle d'Onésime lui a légué toute sa fortune. Mais il ne la touchera que dans vingt ans, quand il aura abandonné toute espèce de folie. Onésime se précipite au bureau des horloges pneumatiques. Il les règle à sa façon, les fait tourner à l'accéléré, ainsi les hommes exécutent en quinze minutes ce qu'ils faisaient en 24 heures. L'affolement gagne, la confusion devient extrême. Mais les vingt ans passent à toute allure. Onésime va pouvoir toucher son héritage.

MOTHER GOOSE LAND (Etats-Unis, 1925, 7’)
Dessin animé de Dave et Max Fleischer
Série : Out of the Inkwell
Production : Fleischer Studios
Avec : Koko
Koko le clown va faire un petit tour au pays des contes, où de nouvelles aventures l'attendent.

A DATE TO SKATE (Etats-Unis, 1938, 7’)
Dessin animé de Dave Fleischer
Série : Popeye
Production : Fleischer Studios
Popeye et Olive vont au skating où Olive prend sa première leçon de patin à roulettes. Comme toujours il y a loin de la théorie à la pratique.

SUNDAY CALM - NEGRITINA ET Cie (Etats-Unis, 1923, 18’)
Burlesque de Robert Mac Gowan
Production : Hal Roach - Pathé
Avec : Our Gang
Par un calme dimanche, deux familles voisines décident d’emmener leur enfants faire un pique-nique. La voiture ayant un petit ennui, les enfants décident de se passer de leurs parents, et partent seuls, faire mille bêtises

TIME FOR LOVE (Etats-Unis, 1935, 6’)
Dessin animé de Dave Fleischer
Production : Fleischer Studios
Les rivalités amoureuses de deux cygnes qui glissent sur le lac, prennent toujours la forme d'un ballet.

THE SCARECROW - L'EPOUVANTAIL (Etats-Unis, 1920, 19’)
Burlesque de Buster Keaton et Eddie Cline
Production : Comique Films/ Metro Pictures
Avec : Buster Keaton, Mary Astor, Sybil Seely
Malec et Pylade, deux célibataires habitant dans une maison qu'ils ont habilement aménagée, sont amoureux de la même jeune fille. Malheureusement le père de celle-ci ne voit pas ces flirts d'un très bon oeil.


 
Jazz & Images : Hommage à Duke Ellington
Vendredi 8 avril à 20h30
>>> en savoir +


 
Festival 2016 JAZZ & IMAGES au Balzac

Chaque soir, des archives filmées et un concert live, avec de grands noms du jazz.
Sur scène, Daniel Humair, Aldo Romano, Henri Texier, Vincent Lê Quang, Bruno Ruder, Stéphane Kerecki…
Soirées hommage à Stan Getz, Duke Ellington et Billie Holiday.


Vendredi 8 avril à 20h30


Le film

Duke Ellington et son orchestre à la salle Pleyel (Claude Loursais, 1958, 30’)

Duke Ellington et son orchestre flamboyant sont à la salle Pleyel. Se succèdent Such sweet thunder, Caravan, Newport up, Monte Carlo blue, El Gato, Take the A train, avec les solos magnifiques de John Sanders, Jimmy Hamiilton, Clark Terry, Paul Gonsalvez, Ray Nance, ou encore Johnny Hodges. Un zoom avant au coeur d’un des orchestres qui a marqué l’histoire du jazz.



Sur scène

Ellington small band

De jeunes musiciens, frais émoulus du Conservatoire de Paris (CNSMDP), sous la direction de Pascal Mabit (saxophone), viennent jouer des pièces que nous ne connaissons que par des enregistrements qui soufflent et qui craquent ! Fruit d’un travail d’archéologie sonore, leur concert nous plonge avec délice dans la musique du « petit » orchestre de Duke Ellingon d’avant 1930. C’est donc une musique live… antérieure aux images d’archives !






Programmation et direction artistique : Vincent Lê Quang, saxophoniste et compositeur, professeur au Conservatoire de Paris

« Nous entrons dans l’avenir à reculons, disait Paul Valéry. Le jazz pourrait bien reprendre à son compte la formule, tant aujourd’hui ses grandes figures se révèlent avant-gardistes tout autant que relais d’une tradition qui s’invente. Quand le Balzac m’a proposé cette carte blanche, et cette opportunité unique de réunir des musiciens qui viendraient sur scène éclairer de leurs notes et de leurs mots des archives du jazz – films, concerts filmés, interviews… – c’est cette image qui m’est apparue, celle du regard lancé vers le passé et qui nourrit le bel aujourd’hui. Puisse cette programmation, fruit d’un butinage amoureux et de mes amitiés musicales, traduire ce flux intergénérationnel qui fait la vie qui habite le jazz, ici et maintenant. »

Vincent Lê Quang

 
Festival de cinéma sans image
Lundi 4 et lundi 11 avril à 19h
>>> en savoir +




 
Festival du cinéma sans image
Deux séances au cinéma Le Balzac lundi 4 et lundi 11 avril à 19h
Avec Grand Magasin (Pascale Murtin & François Hiffler) et Antoinette Ohannessian


« Il arrive quʼau détour dʼun film lʼécran devienne soudain noir.
Ces interruptions momentanées de lʼimage, causées par lʼaction dʼun protagoniste (il éteint la lumière, elle ferme la porte) ou une péripétie du scénario (traversée d'un tunnel, panne de courant, explosion), nous avons commencé à les relever çà et là puis entrepris de les collectionner.
En voici quelques échantillons réunis pour ce Festival du cinéma sans image. Un montage à la limite du monochrome noir. Un film que les personnages eux-mêmes s'efforcent sans répit de plonger dans l'obscurité. »
Piochés dans l'histoire du cinéma, les extraits successifs seront au passage présentés de vive voix par les trois concepteurs du festival, le temps dʼune projection de cinquante minutes.

« D’une expérience à l’autre, Grand Magasin poursuit depuis 1982 la quête du « spectacle invisible » : une forme de représentation qui offrirait très peu à voir, pas grand-chose à entendre, sans manquer d’être intéressante, réjouissante, ou même divertissante. Cet objectif paradoxal est loin d’être atteint et il nous reste beaucoup à perdre pour nous en approcher. » (Pascale Murtin & François Hiffler).

" Depuis plusieurs années je m’achemine, entre autre, vers le retrait des images du cadre de mes vidéos, pour ne présenter qu’un écran noir comme dans rugby (2006), 20h (2007), Autoportrait (2008), Nota bene (2009). Cependant jusqu’à présent les sous-titres persistent. Grâce à cette collaboration avec Grand Magasin, ils risquent d’enfin disparaître." (Antoinette Ohannessian)

Tarif normal 10 €
Moins de 26 ans 7 €




en savoir plus
 
 
Hommage au Festival d'Aix-en-Provence
Du 31 mars au 16 avril
>>> en savoir +


 
Du 31 mars au 16 avril, revivez en huit films 50 ans de l'histoire du prestigieux festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence. Quatre films d'archives des années soixante, quatre captations récentes, présentés par Christian Labrande.


en savoir plus
 
 
Ciné-concert : Le Monde perdu
Dimanche 17 avril à 11h
>>> en savoir +








 
Le Monde perdu, un film de Harry Hoyt (1925, 108') d'après Conan Doyle.
Le film sera accompagné par Karol Beffa.

Une expédition dirigée par le professeur Challenger quitte Londres pour le Brésil, dans le but de retrouver le Monde perdu, mentionné dans le journal de l'explorateur disparu Maple White. Cette expédition se compose du professeur Summerlee, de Sir John Roxton du reporter Edward Malone et de Paula, la propre fille du professeur Maple White. Les voyageurs finissent par atteindre un mystérieux plateau dans la jungle amazonienne. Un spectacle fantastique s'offre à leurs yeux : cette contrée inconnue est demeurée comme aux premiers âges du monde, peuplée de dinosaures…

Le Monde perdu (The Lost World) est un film américain de Harry O. Hoyt réalisé en 1925, adapté du livre de Arthur Conan Doyle (Le Monde perdu), et dont les acteurs principaux sont Wallace Beery et Bessie Love.

Signé par un cinéaste demeuré obscur, premier grand thriller à monstres, Le Monde perdu constitue un brouillon du célèbre mais plus tardif King Kong : tout comme Challenger rapporte un brontosaure à Londres, Karl Denham ramènera Kong à New York. De plus, les effets spéciaux tiennent dans les deux films un rôle important, et à chaque fois, ce sera Willis O’Brien qui s'en occupera.

Le tournage nécessita l'utilisation de quelque cinquante modèles réduits de dinosaures, construits en un peu plus d'un an par le Mexicain Marcel Delgado. Ces figurines étaient constituées d’une armature d’acier, recouvertes d'éponge et de peau de bête en caoutchouc. Certains animaux possédaient un appareil respiratoire fabriqué à l'aide d'une vessie de ballon de football.

En ce qui concerne les mouvements des animaux préhistoriques, chaque minute de projection nécessita 960 images représentant autant de mouvements légèrement différents d’une ou de plusieurs figurines, un travail de patience qui demanda quatorze mois. Il fallait ensuite tourner les séquences avec les acteurs réels afin de les superposer à l'action déjà enregistrée, par la technique de l'animation image par image.



A propos de Harry O. Hoyt

Durant la période du cinéma muet, de 1915 à 1928, Harry O. Hoyt réalise vingt-deux films américains, le plus connu étant Le Monde perdu, sorti en 1925, avec Wallace Beery et Bessie Love.

Après le passage au parlant, il est le réalisateur (conjointement avec Albert H. Kelley) du film d'aventure Jungle Bride, sorti en 1933, avec Anita Page et Charles Starrett. Ultérieurement, il réalise encore cinq courts métrages en Technicolor, produits par la Warner et sortis entre 1947 et 1951.

Par ailleurs, comme scénariste ou adaptateur ou auteur de l'histoire originale, Harry O. Hoyt contribue à quatre-vingt-un films américains (certains réalisés par lui), de 1913 à 1948.

Il est le frère de l'acteur Arthur Hoyt (1874-1953), lequel apparaît dans deux de ses films muets, le western Sundown (1924 — coréalisé par Lawrence Trimble —, avec Bessie Love et Hobart Bosworth), puis Le Monde perdu pré-cité.